Karim Benzema :racisme ? « Cela ne devrait jamais arriver. »

©icon

Le français Karim Benzema a accordé une interview au magazine «ICON», de «El País», qui sera publié samedi prochain. Le Français a montré son côté le plus personnel

J’étais très content de Cristiano, maintenant je joue un autre rôle

L’attaquant français, en doute jusqu’à la dernière minute pour le derby, a accordé une interview au magazine «ICON», de «El País», et a montré son côté le plus personnel. De plus, le Français se souvient de sa relation avec Cristiano Ronaldo lors de son passage au Real Madrid et explique son lien avec Zidane. Les déclarations complètes de Benzema à ce magazine seront publiées samedi prochain dans un rapport détaillé avec l’attaquant du Real Madrid.

Benzema est arrivé au Real Madrid en 2009 avec Cristiano Ronaldo et Kaká, entre autres, lors du retour de Florentino à la présidence de l’équipe de Chamartín. Le Français garde de très bons souvenirs de l’étape qu’il a partagée avec l’attaquant portugais:

« Il était très content de Cristiano », dit-il dans ‘ICON’. L’attaquant portugais est parti pour la Juventus à l’été 2018 et Benzema a dû changer de rôle dans l’équipe:

« La seule chose que je dirais, c’est que le départ de Cristiano m’a permis de jouer un rôle différent. Il marquait 50 ou 60 buts par an et il a fallu s’adapter à son jeu. Il est l’un des meilleurs au monde »

Zidane ? « c’est un grand frère pour moi. En dehors du terrain, il est toujours là pour me conseiller ».

Sur un plan plus personnel, Benzema s’ouvre dans cette interview

«ce n’est pas vrai que rien ne m’affecte. J’ai des sentiments, mais je ne montrerai jamais mes faiblesses, même si j’en ai».

Karim a grandi dans l’humilité de son quartier lyonnais, ce qui a marqué son éducation et son caractère.

«Je viens d’un quartier où les choses étaient difficiles. Quand j’ai vu des garçons plus âgés bien habillés et avec de belles voitures, ce que je voulais, c’était être comme eux», raconte un Benzema qui explique qu’il n’a pas d’idoles, sinon de mannequins: «Je Je n’ai pas d’idoles, mais oui des modèles. Dans le football, je dirais que Ronaldo, le Brésilien, a été un modèle pour moi. J’admire aussi Mike Tyson, parce que lui et moi sommes venus du bas et nous sommes montés. Personne ne nous a donné n’importe quoi. « 

L’attaquant du Real Madrid s’exprime également sur le racisme subi par certains joueurs sur le terrain.

« Cela ne devrait jamais arriver. C’est dégoûtant, horrible et sale. Nous sommes tous pareils.

Pour connaître toutes les déclarations des Français, il faudra attendre le samedi 6 mars, date à laquelle son interview complète pour «ICON» sortira.